Articles

Filtre
  • 13-15 février à Brest : 43e Olympiades des métiers

    Etape régionale de véritables JO des métiers réservés au jeunes de 23 ans, les Olympiades de Brest, du 13 au 15 février 2014 offrent au grand public l'occasion de découvrir visuellement 50 métiers, en compétition ou en démonstration.

    Une initiation ludique et concrète aux professions de l'industrie, l'agriculture, services, bâtiment, métiers d’art, automobile, métiers de bouche ou de la mer, travaux publics, industries graphiques, transports et logistiques… : 12 pôles différents sont présentés. Une trentaine d’espaces métiers accueille les épreuves du concours et des professionnels en exercice, experts dans leur domaine, répondent en direct à toutes les questions.

    Pour y aller :
    http://www.olympiades-bretagne.fr

    Et parce que l'orientation n'est pas réservée aux jeunes de moins de 23 ans mais concerne chacun, à tout moment de son parcours… la Bretagne (une des huit Régions expérimentant un service public régional de l’orientation) a mis en place

  • 4 février : journée mondiale contre le cancer

    Le but de la Journée Mondiale contre le Cancer, célébrée chaque année le 4 février, est de faire de la lutte contre la maladie une cause majeure de santé publique au niveau international.

    L'OMS et son agence spécialisée du Centre International de Recherche sur le Cancer, apportent leur soutien à l'Union Internationale Contre le Cancer (UICC). Le cancer continue de tuer. Il est toujours la première cause de mortalité dans le monde, bien avant les guerres ou les catastrophes naturelles.

    L'OMS estime que la maladie aura fait 84 millions de morts entre 2005 et 2015. Les différentes régions du globe ne sont pas à égalité devant le cancer : l'hémisphère nord bénéficie de moyens financiers et médicaux importants dans la détection et les traitements des cancers mais, comme dans bien trop d'autres domaines, les pays du sud restent défavorisés…

    Un des objectifs de la Journée mondiale contre le cancer est aussi de rappeler l'utilité d'un dépistage précoce.

    L'ARC a récemment mis en place un site d'information entièrement dédié au cancer pour apporter des réponses aux questions des malades et de leurs proches : www.arc-cancer.net

  • 12 février-9 juin 2014 : Rétrospective Henri Cartier-Bresson à Beaubourg

    Dix ans après la mort du maître (1908-2004), le Centre Pompidou propose une rétrospective des photos d'Henri Cartier Bresson : 1930-70, 40 ans de Regards au delà la légende… Le photographe, qualifié d'œil impérial, avouait une passion fidèle pour la peinture et plaçait le regard au-dessus de toutes les techniques : Regardez ! disait-il…jusqu'à la fin. Les gens ne savent pas (plus?) regarder !

    Cartier-Bresson a été lié aux surréalistes dans les années 1930. Il s'est rapproché des communistes et des antifascistes durant la guerre d'Espagne et a alors accordé plus d'attention au cinéma qu'à la photographie. Après la Deuxième Guerre mondiale, lorsque la presse connaît un nouvel essor avec l'apparition des news magazines, Cartier Bresson fonde de l'agence Magnum en 1947. Il y a travaillé pendant trente ans jusqu'à sa décision d'arrêter la photographie pour revenir au dessin. Considéré comme le père du photojournalisme, Cartier Bresson est ainsi devenu la figure emblématique du reporter dans un monde en reconstruction après les horreurs des combats.

    Dans L'instant décisif,* un texte qui présente son recueil Images à la sauvette (1952), Henri Cartier Bresson explique sa démarche et se définit en spectateur détaché, étranger à distance et en surplomb des choses, confronté la réalité dans le viseur, utilisant son célèbre Leica comme un bouclier. Dans un reportage photographique, note-t-il, on vient compter les coups, un peu comme un arbitre et fatalement on arrive comme un intrus. La réalité comme un ring de boxe, et le photographe en arbitre qui observe et ordonne, à la fois impliqué et extérieur, inspiré de la chasse, de la pêche, ou même de la guerre. 

    Face et à distance de ce monde, Cartier-Bresson tente de fixer un centre, de trouver un ordre, saisir ou encore extraire, une exactitude. La quête de transcendance se manifeste par une esthétique de la distance et de l'instantanéité. Son Leica, réglé une focale normale, célèbre l'ascétisme et la clarté des formes. Maniaque d'un nombre d'or observé à l'instinct, équipé d'un compas intérieur, Cartier-Bresson considérait que la géométrie donnait vie aux images : les sentiments, l'enfer en est plein !, confia-t-il à Hélios Molina, lors d'entretiens…


    *Henri Cartier-Bresson, L'instant décisif, Images à la sauvette, Verve, 1952.

  • 12 février : Journée Internationale des enfants soldats

    Dans le monde, 300 000 garçons et filles de moins de 18 ans sont des enfants soldats, mêlés à plus de 30 conflits.

    Certains sont recrutés de force ou enlevés, d'autres s'enrôlent pour fuir la pauvreté, la maltraitance et la discrimination, ou pour se venger… Ils sont utilisés comme combattants, coursiers, porteurs, cuisiniers, voire pour des usages sexuels.

    En 2002, le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant concernant la participation des enfants aux conflits armés est entré en vigueur : Il interdit la participation d'enfants de moins de 18 ans aux hostilités. Il exige des Etats qu'ils portent à 18 ans l'âge du recrutement obligatoire et de la participation directe aux hostilités et leur fait obligation de porter au-delà du minimum actuel de 15 ans l'âge du recrutement volontaire.

    Si certains enfants mêlés à des conflits armés prennent part à des actions violentes, tous sont profondément affectés par le niveau de stress que connaissent les adultes qui s'occupent d'eux. Ils subissent l'exposition aux bombardements ou autres mauvais traitements mettant leur vie en danger : arrestations, détentions, enlèvements, viols ou tortures…

    Nombreux sont confrontés à la mort violente d'un parent ou d'un proche ou ont vu des êtres chers tués ou torturés. Ces événements douloureux entrainent d'autres traumatismes : séparations et éloignement de leur communauté compromettent leur éducation, leur scolarité et leur avenir.Malgré toutes les commémorations et messages d'anciens combattants pour dénoncer les horreurs de la guerre, 90 % des victimes des conflits armés sont des civils et la moitié sont des enfants.

    Environ 20 millions d'enfants ont été ainsi contraints de fuir, déplacés dans leur propre pays ou réfugiés dans les pays voisins en raison des combats et des violations des droits fondamentaux.

    Durant les 10 dernières années, les conflits armés ont fait plus d'un million d'orphelins et causé la mort de plus de 2 millions d'enfants. 6 millions d'entre eux sont séparés de leur famille, frappés d'une invalidité permanente ou grièvement blessés. Chaque année, 8 000 à 10 000 enfants sont tués ou mutilés par des mines terrestres.

    Pendant les conflits armés, les filles et les femmes sont menacées d'humiliation, d'exploitation et mutilation sexuelles, de prostitution forcée… Le viol autres formes de tortures envers les femmes comme armes de guerre sont utilisées par tous et partout.

    Exemples : Au Rwanda, les enquêtes humanitaires ont conclu que presque toutes les femmes de plus de 12 ans ayant survécu au génocide de 1994 avaient été violées. En Yougoslavie, plus de 20 000 femmes auraient été victimes de violences sexuelles.

  • 28 février 2014 : 39e cérémonie des Césars-Théâtre du Châtelet

    Les Césars 2014 attribués par l'Académie des sciences et techniques du cinéma français se dérouleront le 28 février sur la scène du Théâtre du Châtelet et seront retransmis en direct et en clair sur Canal +, comme chaque année…

    François Cluzet présidera cette 39e édition, tandis que Cécile de France sera la maîtresse de cérémonie. Quentin Tarantino, réalisateur américain de Pulp Ficton, Palme d'or à Cannes en 1994, est chargé de remettre un trophée d'honneur à l'actrice Scarlett Johansson à cette occasion.

    Des hommages à Henri Langlois, fondateur de la Cinémathèque, et au cinéaste Patrice Chéreau, décédé au mois d'octobre dernier, sont également prévus. Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne est le film le plus cité avec 10 nominations, suivi de La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche et L'Inconnu du lac d'Alain Guiraudie (8 citations chacun). Quant à Julie Gayet, nommé pour sa performance dans Quai d'Orsay, dans la catégorie Meilleure actrice dans un second rôle, elle a déjà fait savoir qu'elle ne viendrait pas… Enfin, nul besoin de se transformer en voyante pour prédire que

    la question du statut des intermittents sera cette année encore la guest star du spectacle !


    Palmarès & Liste complète des nominations :


    Meilleur film : Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne

    La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche

    L'Inconnu du lac d'Alain Guiraudie

    9 mois ferme d'Albert Dupontel

    Jimmy P. Psychothérapie d'un Indien des Plaines d'Arnaud Desplechin

    La Vénus à la fourrure de Roman Polanski

    Le Passé d'Asghar Farhadi


    Meilleur réalisateur : Roman Polanski  pour La Vénus à la fourrure

    Abdellatif Kechiche : La Vie d'Adèle

    Alain Guiraudie : L'Inconnu du lac

    Albert Dupontel : 9 mois ferme

    Arnaud Desplechin : Jimmy P. Psychothérapie d'un Indien des Plaines

    Asghar Farhadi : Le Passé

    Guillaume Gallienne : Les Garçons et Guillaume, à table !


    Meilleur acteur : Guillaume Gallienne dans Les Garçons et Guillaume, à table !

    Albert Dupontel dans 9 mois ferme

    Mathieu Amalric dans La Vénus à la fourrure

    Fabrice Luchini dans Alceste à bicyclette

    Grégory Gadebois dans Mon âme par toi guérie

    Michel Bouquet dans Renoir

    Mads Mikkelsen dans Michael Kohlhaas


    Meilleure actrice : Sandrine Kiberlain dans 9 mois ferme

    Léa Seydoux dans La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2

    Fanny Ardant dans Les Beaux Jours

    Sara Forestier dans Suzanne

    Emmanuelle Seigner dans La Vénus à la fourrure

    Bérénice Bejo dans Le Passé

    Catherine Deneuve dans Elle s'en va


    Meilleur acteur dans un second rôle : Niels Arestrup dans Quai d'Orsay

    François Damiens dans Suzanne

    Patrick d'Assumçao dans L'Inconnu du lac

    Olivier Gourmet dans Grand Central

    Patrick Chesnais dans Les Beaux Jours



    Meilleure actrice dans un second rôle : Adèle Haenel dans Suzanne

    Françoise Fabian dans Les Garçons et Guillaume, à table !

    Géraldine Pailhas dans Jeune & Jolie

    Marisa Borini dans Un Château en Italie

    Julie Gayet dans Quai d'Orsay


    Meilleur espoir masculin : Pierre Deladonchamps dans L'Inconnu du lac

    Paul Bartel dans Les Petits princes

    Paul Hamy dans Suzanne

    Vincent Macaigne dans La fille du 14 juillet

    Nemo Schiffman dans Elle s'en va


    Meilleur espoir féminin : Adèle Exarchopoulos dans La Vie d'Adèle 

    Lou de Laâge dans Jappeloup

    Pauline Etienne dans La Religieuse

    Golshifteh Farahani dans Syngué Sabour - Pierre de patience

    Marine Vacth dans Jeune & Jolie

     

    Meilleur scénario original : 9 mois ferme d'Albert Dupontel

    L'Inconnu du lac d'Alain Guiraudie

    Suzanne de Katell Quillévéré

    Le Passé d'Asghar Farhadi

    Alceste à bicyclette de Philippe Le Guay


    Meilleure adaptation : Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne

    La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche

    Jimmy P. Psychothérapie d'un Indien des Plaines d'Arnaud Desplechin

    Quai d'Orsay de Bertrand Tavernier

    La Vénus à la fourrure de Roman Polanski


    Meilleur premier film : Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne

    La Bataille de Solférino de Justine Triet

    En solitaire de Christophe Offenstein

    La Fille du 14 juillet d'Antonin Peretjatko

    La Cage Dorée de Ruben Alves


    Meilleur film d'animation de long métrage : Loulou, l'incroyable secret de Éric Omond et Grégoire Solotareff

    Aya de Yopougon de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie

    Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill de Marc Boreal et Thibaut Chatel


    Meilleure musique originale : Martin Wheeler pour Michael Kohlhaas de Arnaud des Pallières

    Casse-tête chinois de Cédric Klapisch

    Alceste à bicyclette de Philippe Le Guay

    L'Ecume des jours de Michel Gondry

    La Vénus à la fourrure de Roman Polanski


    Meilleur montage :  Valérie Desseine pour Les Garçons et Guillaume, à table ! 

    9 mois ferme d'Albert Dupontel

    L'Inconnu du lac d'Alain Guiraudie

    La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche

    Le Passé d'Asghar Farhadi


    Meilleur son : Michael Kohlhaas de Arnaud des Pallières

    L'Inconnu du lac d'Alain Guiraudie
    Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne

    La Vénus à la fourrure de Roman Polanski

    La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche


    Meilleure photographie : L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet de Jean-Pierre Jeunet

    L'Inconnu du lac d'Alain Guiraudie

    Michael Kohlhaas de Arnaud des Pallières

    Renoir de Gilles Bourdos

    La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche


    Meilleurs décors : L'Ecume des jours de Michel Gondry

    L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet de Jean-Pierre Jeunet

    Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne

    Michael Kohlhaas de Arnaud des Pallières

    Renoir de Gilles Bourdos


    Meilleurs costumes : Renoir de Gilles Bourdos

    L'Ecume des jours de Michel Gondry

    L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet de Jean-Pierre Jeunet

    Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne

    Michael Kohlhaas de Arnaud des Pallières


    Meilleur film documentaire : Sur le chemin de l'école de Pascal Plisson

    Comment j'ai détesté les Maths de Olivier Peyon

    Le Dernier des injustes de Claude Lanzmann

    Il était une forêt de Luc Jacquet

    La Maison de la radio de Nicolas Philibert



    Meilleur film étranger : Alabama Monroe de Felix Van Groeningen

    La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino

    Gravity de Alfonso Cuarón

    Django Unchained de Quentin Tarantino

    Blancanieves de Pablo Berger

    Blue Jasmine de Woody Allen

    Dead Man Talking de Patrick Ridremont


    Meilleur court métrage : Avant que de tout perdre de Xavier Legrand

    Bambi de Sébastien Lifshitz

    La Fugue de Jean-Bernard Marlin

    Les Lézards de Vincent Mariette

    Marseille la nuit de Marie Monge


    Meilleur film d'animation de court métrage : Mademoiselle Kiki et les Montparnos de Amélie Harrault

    Lettres de femmes de Augusto Zanovello



  • 20 février : Journée mondiale de la justice sociale

    En 2009, l'assemblée générale des Nations Unies a instauré le 20 février une Journée mondiale de la justice sociale… Un concept qui n'a pas du tout la même réalité sur les différents continents… Les États Membres sont appelés à mener des activités concrètes visant à promouvoir les objectifs du sommet mondial pour le développement social à l’échelle du pays : renforcement de la justice, promotion de l’équité, participation, transparence et enfin démocratie :

  • Nouvelle convention de l'assurance chômage: Intermittents et chômeurs mobilisés

    15 à 20 000 personnes ont défilé dans 22 villes de France, ce jeudi 27 février en réaction aux propositions des représentants du patronat** sur la nouvelle convention de l'assurance chômage qui définit tous les 2-3 ans le montant des cotisations finançant le régime et les conditions d'indemnisation des chômeurs.

    Alors que le chômage concerne plus de 3,3 millions de personnes, le Medef a souligné l'ampleur historique de la dette : près de 18 milliards avec un déficit de l'Unedic* de 4 milliards d'euros en 2013, et a insisté sur la nécessité d’un retour à l’équilibre financier.. Adressés par le Medef 13 février, puis réitérés à l'identique ce mercredi, les termes du projet ont été reçus comme un ensemble de provocations !

    Le texte prévoit notamment la modulation de l'indemnisation des chômeurs en fonction de la conjoncture ainsi que la suppression du régime spécifique d'indemnisation chômage des intermittents du spectacle…

    A Paris, la manifestation s'est terminée devant le siège du Medef, où se tenait l'avant-dernière séance de débats avec les partenaires sociaux. La seule solution que le Medef nous propose est un recul du droit des chômeurs, a déploré Éric Aubin, représentant de la CGT, à l'origine de la mobilisation. Le patronat entend faire payer le déficit de l'Unédic par les plus fragiles, a-t-il insisté. La CGT a également contre les conditions des négociations. Cela se déroule au Medef, sous une présidence du Medef, et à partir d'un document du Medef, a dénoncé Eric Aubin

    Les règles spécifiques relatives à l’indemnisation des ouvriers et des techniciens du spectacle seront désormais alignées sur celles du règlement général, stipule le texte du projet et demande une concertation pour que l'Etat finance le surcoût…

    La ministre de la Culture avait fustigé ces positions caricaturales et tout à fait scandaleuses. Aurélie Filippetti a réaffirmé ensuite que le gouvernement ne laisserait jamais détruire la spécificité des annexes 8 et 10 de la convention ayant trait au régime des intermittents et techniciens du spectacle.

    Sur France Inter, Laurence Parisot, ex-présidente du Medef, s'est exprimé mardi dernier, en faveur de son maintien : les abus viennent des… entreprises ! a-t-elle affirmé … En premier chef, des entreprises publiques, insiste-t-elle…sans citer personne, avant de déclarer que la culture participe au rayonnement de la France à l'étranger et donc à l'économie… http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140103trib000807739/la-culture-contribue-sept-fois-plus-au-pib-que-l-industrie-automobile.html

    Dans un communiqué, la CGT-Spectacle dénonce la stigmatisation une nouvelle fois des professions culturelles : pour le Medef & Cie, l'équité, ce n'est plus seulement le nivellement par le bas, c'est l'abaissement ou la suppression des droits et le transfert à l'Etat de leurs obligations, a-t-elle estimé. Pour le syndicat, il faut s'attaquer aux causes du déficit et faire reculer la précarité. La CGT propose notamment une cotisation patronale plus élevée pour les contrats courts et une contribution lors de rupture conventionnelle.

    Selon Eric Aubin, qui a suivi les négociations, le Medef aurait commencé à reculer… Comme le confiait au journal Le Monde un proche de Pierre Gattaz*** : l'essentiel est d'avancer un petit peu, personne n'a jamais pensé qu'il fallait supprimer complètement le régime des intermittents… Il faut qu'il y ait une décision, même si cela consiste à dire qu'on peut se retrouver plus tard pour en discuter…

    Un nouveau texte devrait être présenter avant la séance du 13 mars, date fixée pour trouver un accord sur la nouvelle convention d'assurance chômage définissant montant et durée d'indemnisation.

    Visiblement, le Medef a accepté de lâcher du lest ce soir sur les #intermittents. On va donc pouvoir parler du sort du reste des chômeurs, commente @jbchastand


    *organisme gérant l'assurance chômage

    **Medef, CGPME, UPA

    *** Pierre Gattaz : ex-ingénieur d'affaires chez Dassault. Président du Medef, successeur de Laurence Parisot depuis juillet 2013

  • Bangui : 8 morts et une vingtaine de blessés lors d'affrontements

    La Centrafrique s’enfonce dans l’instabilité et la violence.

    Entre la désillusion de la population civile qui espérait un retour au calme grâce au gouvernement de transition, l’incompréhension face à l’attitude des militaires tchadiens et la frustration immense des anti-balaka, qui pensaient incarner les libérateurs contre les ex-rebelles de la Séléka et se retrouvent pointés du doigt.

    Les habitants de Bangui ont connu hier une nouvelle matinée d'affrontements. Des tirs de mortier lourde et des explosions ont retentis dans plusieurs quartiers. Une partie de la ville était paralysée. Près de l’aéroport, où les états-major des forces française Sangaris et africaines de la Misca ont été installés, l’accès était bloqué par des barricades érigées par les jeunes du quartier et des membres des milices chrétiennes anti-balaka. 8 personnes auraient été tuées et une vingtaine blessées.

    Les violences découlent d’incidents, entre membres de la milice et militaires de la Misca, survenus la veille au soir dans le secteur de Boy Rabé, l’un des principaux fiefs des anti-balaka. A l’entrée principale de la zone aéroportuaire, un militaire français a été blessé par balle mais ses jours ne sont pas en danger.

    Les anti-balaka parviennent à mobiliser sur un thème simple : nous avons chassé les Séléka et maintenant on veut nous désarmer alors qu’on ne désarme pas le camp d’en face, estime Gaston Mackouzangba, secrétaire général du gouvernement de transition présidée par Catherine Samba-Panza. Il plaide pour un changement de communication de la part du pouvoir. Ce n’est pas avec une politique du silence que nous allons changer tout ça, affirme-t-il.

    Par la voix de leur porte-parole, Emotion Brice Namsio, les anti-balaka, nient être à la manœuvre : Toute la population qui est mécontente. Les Tchadiens leur tirent dessus à leur passage. Nous ne sommes pas des voyous, nous demandons un retour au calme, a-t-il dénoncé.

    Hier matin, la situation était tendue en raison du départ d’un convoi de musulmans vers le Tchad, escorté par l’armée d’Idriss Déby. Les Tchadiens tirent à vue sur les gens, rapporte Gaston Mackouzangba, Je ne sais pas à quoi ils jouent, mais ils jouent avec le feu, a-t-il déclaré.

    Quelques heures plus tard, les représentants du gouvernement de transition, dont une ministre, venus s’adresser aux blessés et à leurs familles à l’hôpital communautaire de Bangui, en sont repartis précipitamment sous les huées de la foule. Mon fils a reçu une balle perdue alors qu’il était simplement assis près de notre concession, raconte une mère de famille. On n’a plus rien à manger dans les quartiers, on souffre. Et qui va soigner mon fils ? Que fait le gouvernement ? Ils nous disent que les Blancs de l’hôpital vont le soigner. A quoi servent-ils alors ? S’ils sont incapables de nous gouverner, qu’ils démissionnent !

    Le conflit entre miliciens anti-balaka et ex-rebelles de la Séléka, né du coup d’État du 24 mars 2013, est à l'origine d'affrontements violents qui ont causé plus de 2 000 morts et un million de déplacés.

    Malgré le déploiement des forces internationales Sangaris et Misca, l’axe routier entre le Cameroun et la Centrafrique n’est pas encore suffisamment sécurisé pour faire circuler des camions de vivres. Les commerce musulmans désertent la ville, victimes de l’épuration confessionnelle. L’inflation est croissante et les stocks se vident. La population est totalement démunie et affamée.

  • Bouches-du-Rhône : procès Schembri, 30 ans de calvaire pour Colette

    A partir de ce lundi, René Schembri, enseignant à la retraite de 71 ans, comparaît devant les assises des Bouches-du-Rhône pour tortures et actes de barbarie envers Colette, son épouse. Décrit comme pervers, il devra rendre compte des sévices qu'il a infligés à sa femme. Elle a tenté deux fois de se suicider avant de parvenir à s'enfuir, puis d'oser porter plainte, en 2009 seulement …

    L'enfer a commencé dès le début de leur vie commune, en France et en Afrique, dans les années 1970 mais la prescription est de dix ans. Les jurés ne devront juger l'accusé que pour les seuls actes commis entre 1999 et 2002, soit 3 années... sur 30, explique Me Laurent Epailly, l'avocat de Colette.

    Entre leur rencontre à Paris 1969 et sa fuite du domicile conjugal en 2002, Colette a raconté aux enquêteurs son quotidien de violence et d'humiliation, qui ont causé de graves et multiples séquelles physiques : perte de dents, ablation de muscles du bras, cécité de l'œil gauche, mutilation du sexe, atrophie d'une lèvre et déformation nasale !

    Durant les premières années, Colette avait tenté de partir… sans y parvenir. Son mari, excessivement jaloux, usait de manipulation psychologique et la tenait prisonnière :

    En Afrique, il lui avait fabriqué un faux diplôme pour qu'elle enseigne et lui faisait vendre des gâteaux sur les marchés, lui prenant tout l'argent qu'elle gagnait, raconte Maître Epailly. Il dirigeait sa vie, explique-t-il. En 2002, à peine opérée d'une greffe de la bouche, Colette est de nouveau battue. Tu es moche, tu pues, tu ne ressembles à rien, avait alors lancé René, raconte Me Epailly.

    C'est la phrase de trop, le déclic, l'ultime sursaut : Colette prend définitivement la fuite. En 2005, le divorce est prononcé aux torts exclusifs de l'ex-mari. En 2009, une information judiciaire a été ouverte pour faits de tortures et actes de barbarie commis entre juin 1999 et juillet 2002 ayant entraîné une invalidité permanente de 30%. 8 expertises médicales décrivent sans appel des plaies d'origine traumatique : coups de poing, coups de nerf de bœuf ou autre objet contondant.

    René Schembri a toujours nié les faits, imputant la plupart des blessures à... des accidents domestiques. Mais sa fille aînée témoigne contre lui. Elle a affirmé aux policiers, avoir assisté à de nombreuses reprises aux violences exercées par son père et avoir été elle-même violée.

    Il est placé en détention provisoire, puis sous bracelet électronique durant deux ans. En raison d'actes extrêmement violents à l'encontre d'un conjoint en état manifeste de faiblesse psychique et de dépendance psychologique, le parquet de Montpellier a requis le renvoi en cour d'assises et non en correctionnelle. L'avocat de Colette entend contester la prescription et demander la requalification de certains des actes de violence. L'enquête révèle des actes sexuels non consentis, je demande qu'ils soient reconnus comme viols, a-t-il indiqué.

    Juridiquement, requalifier ces faits est impossible, rétorque Me Frédéric Monneret, avocat de René Schembri Pour lui, il s'agit moins du procès de violences conjugales que celui d'une relation sado-masochiste entraînée dans une spirale infernale, insiste-t-il, s'appuyant sur le rapport d'une certaine psychologue, effarée par le comportement de consentement de Colette à tout ce qu'elle a subi, pour dénoncer l'attitude passive de l'épouse… Néanmoins si les faits sont établis, il sera avéré que René Schembri est bien un pervers, reconnaît l'avocat.

    Dans le bureau de Me Laurent Epailly, Colette raconte calmement son cauchemar sur BFM TV : J'ai perdu mon œil à cause d'une gifle… j'ai perdu presque toutes mes dents. J'ai quand même vécu en Afrique pendant 19 ans, la plupart du temps en brousse. Impossible de s'échapper. De toute manière, je ne pouvais pas m'enfuir, je n'avais pas d'argent ! Et malgré des prescriptions… l'ouverture d'un procès est déjà une victoire pour Colette : Je ne suis pas là par vengeance, ni par haine, ni pour avoir de l'argent… Je veux une reconnaissance de la Justice… Il faut porter plainte dès les premiers coups, veut transmettre Colette, à toutes les femmes battues.



  • Vincent Lambert : le conseil d'Etat réclame une nouvelle expertise médicale

    Le Conseil d’Etat a vient d'annoncer qu'il ordonnait une nouvelle expertise médicale sur le cas de Vincent Lambert. La décision de maintenir ou non les soins au patient est ainsi une nouvelle fois reportée. Trois médecins auront ainsi la lourde charge de se prononcer sur le caractère irréversible des lésions dont souffre Vincent Lambert, et devront exprimer si ce patient est en mesure de communiquer et si ses réactions peuvent être interprétées comme un rejet de soins ou, au contraire, comme un souhait que ce traitement soit prolongé…

    Tous les médias évoquent l'affaire Lambert tant les enjeux dépassent le destin d'un homme mêlent décisions médicales, convictions religieuses, justice et politique…

    La France entière débat sur Vincent Lambert. Sa femme, sa mère s'affrontent. L'une dit vouloir le laisser partir, l'autre lui sauver la vie, chacune par amour.

    Ses proches et les médecins parlent en son nom. Alité dans sa chambre de l'hôpital Sébastopol de Reims, relié à une sonde gastrique,Vincent Lambert, ne peut plus s'exprimer.

    La seule trace du son de sa voix est encore sur la messagerie du portable utilisé par sa femme…

    Entendons Vincent ! Respectons Vincent… supplie Rachel Lambert, son épouse qui a été le voir tous les jours depuis 5 ans. Tous les jours, depuis ce 29 septembre 2008. L'infirmier psychiatrique, âgé aujourd'hui 38 ans, venait de devenir père d'une petite fille lorsqu'il est grièvement blessé dans un accident de voiture. Victime d'un traumatisme crânien, Vincent Lambert sombre alors dans un coma végétatif où il demeure depuis… en état de conscience minimale. Par deux fois, en moins d'un an, ses médecins ont estimé

    que le patient était dans une situation d'obstination déraisonnable. Ils ont alors décidé d'interrompre la nutrition et l'hydratation artificielles. Sa femme Rachel, et six de ses frères, demi-frères, sœurs et demi-sœurs ont accepté en affirmant que Vincent avait dit ne pas vouloir vivre en état de dépendance.

    Le 16 janvier dernier, la justice administrative, saisie une nouvelle fois par ses parents, leur a donné tort… Sa mère, Viviane Lambert a dit se battre pour empêcher un assassinat. Les parents affirment que Vincent a montré une farouche volonté de vivre , en restant en vie malgré un arrêt d'alimentation de 31 jours au printemps 2013.

    Le CHU de Reims et François Lambert, le neveu de Vincent Lambert, ont fait appel devant le Conseil d'Etat.

    Témoignage de François Lambert, le neveu de Vincent :

    http://www.dailymotion.com/video/x19rw5x_vincent-lambert-le-tribunal-contre-l-euthanasie-passive_news?from_related=related.page.ext.behavior-meta2.a5f8aba3d4074d235444e8c95490e192139167837

    La communauté médicale, s'estimant remise en cause remise par la décision du tribunal administratif de Reims, contribue à mettre la pression sur le Conseil d'Etat :

    Si la décision reste en l'état, elle modifiera profondément les pratiques médicales actuelles et conduira à une augmentation de l'acharnement thérapeutique pourtant refusé massivement par nos concitoyens, a déclaré la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs (Sfap), association qui rassemble les différents acteurs du secteur.

    La décision du Conseil d’Etat peut nous ramener 15 ans en arrière, s'alarme également Jean Léonetti, auteur de la loi sur la fin de vie qui porte son nom.

    La très grande difficulté des questions qui sont posées, d'ordre juridique, déontologique et éthique, exclut qu'elles puissent être tranchées par un juge unique, a déclaré le président Bernard Stirn, au terme de l'audience du 6 février le juge, renvoyant la décision devant un collectif. Le 13 février, l'assemblée du contentieux, formation de jugement la plus élevée du Conseil d'Etat, a écouté de nouveau les arguments des avocats de chaque partie. Enfin, le lendemain à 16h, un rapporteur public a annoncé demande d'une nouvelle expertise médicale…


  • Sotchi : ouverture des JO d'hiver 2014

    Les Jeux olympiques d’hiver les plus chers de l’Histoire vont se dérouler du 7 au 23 février 2014. Vladimir Poutine entend que tout soit grandiose pour impressionner le monde entier ! A Sotchi, 5 ans de travaux gigantesques ont été nécessaire pour transformer en cité olympique international la petite station balnéaire sur la mer Noire près des montagnes du Caucase.

    Jusqu'en 1838, les habitants de Sotchi vivaient dans les montagnes. La malaria engendrée par les moustiques rendait la vie impossible en bord de mer… Après la Seconde Guerre mondiale, Staline fit assécher les marais puis construire hôpitaux et sanatoriums pour soigner les blessés. Le tourisme a suivi avec ses hôtels et ses villas où les dignitaires de Moscou venaient en villégiature.

    En grand nostalgique de l’ex-URSS, l'actuel président russe aime venir s'y ressourcer, c'est pourquoi il s’est particulièrement investi pour défendre le choix du site. Balayant fermement toutes les objections : Corruption, exploitation des ouvriers, expropriations abusives, catastrophe écologique liée au chantier ? Non, tout cela n’existe pas ! clame haut et fort, Vladimir Poutine.

    Mais derrière la façade des immeubles et les hôtels rutilants prêts à accueillir les sportifs et leurs supporters pour les JO d'hiver ce 7 février, France 24 a rencontré des preuves vivantes du lourd tribu humain sacrifié à fête mondiale du sport : Angela Zilberg, dont la maison a été détruite sans expertise et sans compensation ; Roman, un ouvrier qui s’était cousu la bouche car son employeur au chantier olympique refusait de lui verser son salaire ; Akhsthyr, un village recouvert de poussière où la souffrance des habitants n’a d’égal que l’indifférence des autorités locales, qui les laissent sans eau courante et coincés entre deux carrières de pierre…



  • Syrie : raids meurtriers à Alep. Au moins 65 victimes civiles

    Après 10 jours de pourparlers entre l’opposition et le régime syrien organisés en Suisse, l'armée syrienne a mené ce week-end des raids contre les quartiers rebelles de la ville Alep, ancienne capitale économique.

    Au moins 85 personnes ont été tuées (65 victimes civiles, dont 13 enfants) par des barils d’explosifs lancés par des hélicoptères, a affirmé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

    Un raid dimanche sur Mléha, au sud-est de Damas, a tué sept personnes. Il s'agit du bilan le plus meurtrier depuis 15 décembre, où il y avait eu 76 morts.

    Selon le quotidien Al-Watan, proche du pouvoir, l’armée a nettoyé les quartiers de Qaram al-Tarab à l’est et de Bani Zeid au nord. Les militaires entendent progresser dans ses deux directions pour prendre le contrôle de la ville, aux mains des rebelles depuis juillet 2012. Dans le même temps, d'autres opérations se déroulaient pour s’emparer de Zara, une petite localité majoritairement turkmène près de Homs et de la frontière du Liban qui résiste toujours.

    Initialement alliés contre le Bachar al Assad, les rebelles islamistes syriens et les jihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL)EIIL se livrent depuis début janvier à de féroces combats qui ont fait plus de 1 400 morts. Samedi, 10 jihadistes du Front Al-Nosra, branche officielle d’Al-Qaïda en Syrie, ont été tués dans un de leurs quartiers généraux.10 autres corps n’ont pu être identifiés. Dimanche, 16 rebelles islamistes syriens ont été tués, 20 autres blessés, dans le nord de la Syrie dans un double attentat à la bombe commis par EIIL, selon l'OSDH.

    Fayçal Moqdad vice-ministre des Affaires étrangères, a traité l'opposition de mercenaires manipulés par des forces étrangères, lui reprochant de manier l'hypocrisie et le mensonge depuis trois ans, Bachar al-Jaafari, ambassadeur syrien à l’ONU et négociateur en chef à Genève, a renchérit, dénonçant l'absence de vision ou de programme politiques : ils ne voulaient discuter que du gouvernement de transition comme le leur avaient demandé ceux qui pensent pour eux.

    Selon des diplomates à l’ONU, les Occidentaux veulent augmenter la pression sur Damas pour obtenir un couloir humanitaire efficace et accélérer la destruction des armes chimiques. Dans ce but, un projet de résolution au Conseil de sécurité est en préparation pour accéder à Homs, sinistrée, et à d’autres villes encerclées.

    Depuis jeudi dernier, l’aide parvient enfin à Yarmouk, un camp de réfugiés palestiniens à Damas, lui aussi assiégé pendant des mois. Dimanche, l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens a fait avoir qu'elle avait distribué des centaines de colis alimentaires pour la quatrième journée consécutive. Selon l’UNRWA, 3 420 colis ont été distribués aux 18 000 réfugiés depuis le 18 janvier.

    La guerre en Syrie a aussi de sanglantes répercussions au Liban. Un nouvel attentat suicide (quatrième depuis un mois)visant un fief du mouvement chiite libanais Hezbollah, engagé aux côtés des troupes syriennes. Quatre personnes sont mortes samedi à Hermel, L’attaque a été revendiquée par le Front Al-Nosra au Liban. Ce groupe récent porte le même nom que la branche officielle d’Al-Qaïda en Syrie mais un quelconque lien entre eux n'est pas établi.

  • Kiev : après 75 morts en 24h, le pouvoir est dans les mains des Ukrainiens…

    En Ukraine, depuis samedi soir, le pouvoir est entre les mains du Parlement et, ainsi, du peuple ukrainien…

    Après les 75 morts en 24 h, place Maidan, le président Viktor Ianoukovitch a été destitué.

    L'ex-chef de l'Etat ukrainien demeure introuvable.

    Il a été lâché par sa propre formation politique : L'Ukraine a été trahie, les Ukrainiens dressés les uns contre les autres, a affirmé le Parti des régions dans un communiqué, imputant la responsabilité des événements tragiques" survenus en Ukraine à Viktor Ianoukovitch. Le ministre de l’Intérieur par intérim a publié contre lui un mandat d’arrêt pour meurtres de masse.… Les violents affrontements entre pro-Européens et pro-Russes qui ont commencé le 21 novembre 2013 ont fait près de 80 morts cette semaine.

    Les députés ont également voté la libération de Ioulia Timochenko, détenue depuis deux ans. Dès sa sortie de l'hôpital pénitentiaire où elle purgeait sa peine, l'égérie de la révolution orange s’est rendue place de l’Indépendance où elle a été accueillie par 50 000 personnes. Ioulia Timochenko a prononcé un vibrant hommage aux héros de l’Ukraine.

    Olexandre Tourtchinov, président par intérim, (président du Parlement), a cherché à rassurer ses compatriotes. Dans un discours d'apaisement, il a affirmé que la police et les forces de sécurité, responsables du pire bain de sang de l’Ukraine post-soviétique, ne représentaient plus une menace mortelle.Olexandre Tourtchinov doit former pour mardi un nouveau gouvernement. Il a fixé au 25 mai la date d'une élection présidentielle anticipée.

    La Russie s'indigne et, moyen de pression pour se positionner comme un acteur incontournable dans cette crise, elle suspend le versement de son aide à l'Ukraine.

    Pour sa part, l'Union européenne accueille avec soulagement les changements susceptible de mettre fin aux violences en Ukraine, elle n'a pas dissimulé son inquiétude face aux nombreux défis, qui attendent un pays de 46 millions d'habitants divisé et qui rencontre de graves difficultés économiques menaçant son unité nationale. La Commission européenne pourrait conclure un accord avec l'Ukraine, une fois qu'elle sera dotée d'un nouveau gouvernement. Les Ukrainiens vont signer cet accord, a déclaré le commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht, sur Sky News. Cela nécessitera une décision démocratique et il faudra que cela se fasse dans une situation stable.