Articles

Filtre
  • 14 et 15 septembre 2013 : 30e édition des journées européennes du patrimoine

    La Journée portes ouvertes dans les monuments historiques a été crée en 1984 par Jack Lang, alors ministre de la Culture.

    La manifestation est tout de suite un succès, qui témoigne de l’intérêt du public pour l’histoire de l'Art lorsqu'elle se mêle à celle des lieux.

    En 1991, l'initiative française a été étendue à deux jours et élargie à toute l’Europe.

    Aujourd’hui, 50 pays organisent les Journées européennes du patrimoine, tous les ans le 3e week-end de septembre.

    Cette manifestation culturelle met en lumière des savoir-faire et des traditions locales autant que l’architecture et elle représente pour tous l'occasion de visiter gratuitement monuments, églises, théâtres, coulisses et châteaux…mais aussi demeures privées, banques, tribunaux, préfectures, palais de justice, hôtels de ville, chambres de commerce… toutes sortes de sites qui sont ne sont parfois accessibles qu'exceptionnellement.

    L'événement stimule la fréquentation des monuments publics ou privés et favorise la compréhension des enjeux de la politique de protection du patrimoine par les citoyens de tous les âges.

    1913-2013 : 100 ans de protection, est thème d'honneur de cette 30e édition et correspond avec la commémoration du centenaire de la loi du 31 décembre 1913, texte fondateur pour la protection des monuments historiques en France.

    Au-delà de l'exploration des richesses architecturales dans toute leur diversité sur l’ensemble des territoires, c'est l'opportunité de faire connaître les différentes étapes qui ont abouti à la protection et l’engagement des propriétaires pour l’entretien et la valorisation du patrimoine protégé ainsi que son histoire à travers visites, expositions, ateliers, démonstrations de savoir-faire ou conférences …

    En 2012, 20 millions de personnes sont déplacées sur près de 30 000 lieux de visites. Tout ce qu'il y a de beau à voir, ce week-end en France et du côté de chez vous, est recensé avec une efficacité d'avance ici : www.journeesdupatrimoine.culture.fr




  • 23 septembre 2013 : Télérama dialogue au Théâtre du Rond-Point

    Lundi 23 septembre, Télérama se donne en spectacle dans 4 salles différentes du Théâtre du Rond Point, de 11 à 23h non stop.

    Pendant ces 12h, la rédaction interviewera, en direct et en public, 40 artistes de la culture ou personnalités des sciences humaines, sur son parcours, son travail ou son œuvre…

    Et si nous tentions de créer un rendez-vous journalistique différent ? Une sorte de fête des mots, des échanges, avec des créateurs, des artistes, des intellectuels dont nous apprécions la démarche ? Le choix des invités est évidemment à l'image du magazine : littérature, cinéma, musique, design, théâtre, photographie, BD avec, par exemple, Fred Vargas, Zabou Breitman, Raymond Depardon, Jacques Higelin… Norman, le célèbre auteur de vidéos web mais aussi des journalistes : Marie Drucker, Patrick Cohen ou bien encore le fervent défenseur de la terre et de la décroissance : Pierre Rabhi.



    alt

    Si vous avez envie d'assister à l'aventure et de participer au débat le temps de questions ouvertes, retenez votre place ici www.theatredurondpoint.fr Il vous en coutera 4 € par rencontre. La 6e est gratuite dans la limite de 5 supplémentaires différentes, vous bénéficiez d'invitations nominatives à réserver auprès du théâtre, au guichet ou au téléphone.

    Théâtre du Rond-Point

    2 bis, avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris
    Tel. : 01 44 95 98 21

    métro : Franklin D. Roosevelt ou Champs-Élysées Clemenceau
    bus : 28, 32, 42, 73, 80, 83, 93

  • 10 septembre 2013 : 11e Journée mondiale de prévention du suicide

    Décidée à l'origine par L’OMS et l'AIPS qui réclament de meilleurs traitements et un suivi pour les personnes rescapées d'une tentative de suicide, la Journée Mondiale du 10 septembre a pour but d'attirer l’attention des Etats, de l'opinion mondiale et de lancer un appel en faveur de l’action. Les organisateurs insistent pour reconnaître que la prévention du suicide concerne chacun.

    Quelques chiffres :

    20 tentatives ou plus pour un décès par suicide.

    3 000 personnes chaque jour... soit plus d'un million de vies perdues par an ! Un coût économique estimé en milliards de dollars.

    Le taux de suicide a augmenté de 60 % durant les 50 dernières années. Si rien ne change, les prévisions projettent 1,5 million/an d’ici 2020.

    Réussir à combattre ce fléau, en grande partie évitable, ne relève pas seulement des experts, c'est pourquoi les associations entendent susciter engagement et action à l’échelle

  • Jusqu'au 15 septembre 3013 : 25e Visa pour l'Image à Perpignan

    La grand messe du photojournalisme célèbre son quart de siècle et rend hommage au travail des professionnels de la profession. Non ! bien qu'il y ait beaucoup de correspondants de guerre parmi eux, que certains survivent dans la précarité, les grands (vrais) reporters ne sont pas (tous) morts…

    Une vingtaine présentent leurs œuvres dans 14 lieux de la ville de Perpignan dans le cadre du festival ainsi que le World Press Photo 2013 et le Daily Press où 35 titres de la presse quotidiennes mondiales affichent leurs reportages.

    L'entrée est gratuite et ouverte à tout le monde, tous les jours de 10h à 20h, jusqu'au 15 septembre 2013.

    Du 16 au 20 septembre, les expositions restent ouvertes sur rendez-vous pour les groupes scolaires.

    http://www.visapourlimage.com

    Invité d'honneur, le mythique Don McCllin qui n'a pas hésité à retourner en Syrie en décembre dernier à…78 ans :



    Don McCllin expose pour la première fois à Visa pour l'image. La Paix Impossible, rétrospective réalisée par Robert Pledge en collaboration avec Paris Match* comporte bien sûr ses images ralisées en Syrie mais retrace l'intégralité de l'immense carrière du reporter de guerre : Chypre, Vietnam, Nigeria, Irlande du Nord, Bangladesh, Liban…sans oublier des images de son Angleterre, paysages et drames ... Photos cultes ou confidentielles donnent à voir un témoignage unique de l'état du monde, sur 50 années. MUST SEE !

    * Le célèbre magazine qui a inventé le concept du people a également été en son temps un news d'actualité internationale, qui a largement diffusé le travail des photojournalistes et contribué à la reconnaissance de la profession, un temps que les moins de… 40 ans, ne peuvent pas connaître, hélas !


  • Brest : décès d'une étudiante renversée par une voiture de police

    L'étudiante, originaire de Quimperlé, avait été renversée vendredi vers 23h30 à Brest par une voiture de police banalisée. Grièvement blessée, elle est décédée dimanche.

    Lors de l'accident, la jeune fille de 19 ans, en deuxième année de médecine, traversait une avenue longeant le campus universitaire pour gagner un arrêt de bus. Le véhicule circulait sans gyrophare ni sirène. A l'intérieur se trouvaient trois policiers et une personne venant d'être interpellée pour violence aggravée. Qualifiée d'agitée par la police. Le conducteur a dit n'avoir rien vu… Le commissaire de Brest a invoqué mauvaise visibilité due à la pluie, il a affirmé que le chauffeur roulait à une vitesse normale et que le contrôle de son taux d'alcoolémie s'était révélé négatif.

    Parallèlement à la procédure judiciaire diligentée par le procureur de la République pour déterminer les circonstances du drame, le ministère de l'Intérieur a ouvert une enquête administrative confiée à l'Inspection générale de la police nationale. Manuel Valls s'associe à la douleur de ses proches et présente ses sincères condoléances à sa famille.



  • Bombay (Inde) : effondrement d'un immeuble de cinq étages

    Un bâtiment de 5 étages s'est effondré à Bombay ce matin, vers 6 heures.

    Situé près du marché de Babugenu, à l'est de la capitale économique de l'Inde, il appartenait à un organisme municipal. 22 familles y habitaient, notamment des employés de l'administration locale.

    Selon le responsable de l'Autorité nationale de gestion des catastrophes (NDMA), seules 7 personnes seraient actuellement ressorties vivantes des décombres et plusieurs dizaines sont portées disparues. Une personne a été retrouvée morte.

    4 ambulances et 12 camions de pompiers ont été déployés. Des pelleteuses tentent de soulever de grandes dalles de béton, afin que les secouristes parviennent à dégager des survivants qui appellent à l'aide, piégés sous des tonnes de gravats. 

    Sans préciser les raisons, la municipalité de Bombay a indiqué avoir appelé, il y a plusieurs mois, les habitants à quitter l'immeuble, sans résultat…

    Depuis le début de l'année 2013, c'est le cinquième immeuble qui s'effondre ainsi à Bombay ou aux alentours. La forte demande de logements dans cette ville surpeuplée alliée la corruption sont responsables de constructions érigées trop rapidement et à moindre coût au mépris des règlementations d'urbanisme.

    En avril, un sinistre similaire avait causé la mort de 74 personnes.

  • Syrie : accord entre la Russie et les Américains

    Dimanche 15 septembre, Damas a qualifié de victoire pour la Syrie, l'accord russo-américain signé entre John Kerry et Sergeï Larov à Genève ce samedi sur son arsenal chimique.

    Nous acceptons le plan russe de nous débarrasser de nos armes chimiques. Nous avons en fait commencé à préparer notre liste, a affirmé le ministre de l'information, Omrane Al-Zohbi. Le régime de Bachaar al Assad a également assuré qu'il se conformerait aux décisions des Nations Unies.

    Samedi, l'ONU a formellement accepté la demande d'adhésion de la Syrie à la convention de 1993 interdisant les armes chimiques. Le processus de démantèlement doit être fixé dans une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU mentionnant le chapitre VII de la charte, qui ouvre la voie à de possibles sanctions, y compris un recours à la force en cas de manquement du régime à ses engagements.

    Pour les Etats-Unis, l'accord a éloigné la menace de frappes militaires. A la veille de la remise du rapportsur l'utilisation des armes chimiques au Conseil de sécurité de l'ONU, ils estiment à 45 le nombre de sites liés à l'arsenal et, comme la Russie, évaluent le stock syrien à 1 000 tonnes.

    La France tiendra compte du rapport des inspecteurs des Nations Unies sur le massacre de Damas pour arrêter sa position, a déclaré le ministre français des Affaires Etrangères, Laurent Fabius.

    L'option militaire doit demeurer, sinon il n'y aura pas la contrainte, a renchéri pour sa part François Hollande, lors d'une interview au JT de TF1 à 20h, hier.

    Cependant les experts demeurent extrêmement dubitatifs sur les conditions du démantèlement de l'arsenal chimique syrien qu'ils jugent fantaisistes. Olivier Lepick, spécialiste de la Fondation pour la recherche stratégique, dont le siège est à Paris, estime que l'accord de Genève préserve les intérêts des Russes et des Américains et résume ses doutes ainsi : la destruction de l'arsenal chimique pour novembre 2014, compte tenu de la guerre civile, je n'y crois pas ! Dans une situation de paix, il faudrait plusieurs années et la Syrie n'a aucune infrastructure pour le faire… Il faudra construire une usine, sans doute à plusieurs centaines de millions de dollars, poursuit-il.

    Selon David Kay, ex-responsable de l'inspection des armes en Irak lors de l'intervention américaine en 2003, réunir une équipe d'inspecteurs compétents ne sera pas facile non plus. Il faut trouver des gens qui comprennent la fabrication des armes chimiques et le désarmement…Certains ne voudront pas aller dans une zone de combats, a-t-il indiqué sur CNN.

    D'ailleurs, les Etats-Unis et la Russie n'ont pas encore fini de détruire leurs propres stocks, malgré les milliards de dollars investis depuis le milieu des années 1990, pour se conformer à la convention d'interdiction de 1993…

  • Manifestation pour la liberté des vapoteurs à Paris

    Plusieurs dizaines de défenseurs de la cigarette électronique, usagers ou distributeurs, se sont rassemblés mardi autour de la statue de la liberté à Paris. Ils entendent dénoncer la menace d'une réglementation qui pourrait assimiler l'usage du vapoteur* à celui d'un médicament.

    Si une telle disposition était votée au Parlement européen, cela signifierait qu'en France, la cigarette électronique serait vendue uniquement en pharmacies.

    Or, l'appareil et les liquides sont pour l'instant vendus essentiellement en boutiques spécialisées et sur Internet.

    Le président de Cace**, Mickael Hammoudi, appelle tous les vapoteurs à manifester le 7 octobre à Strasbourg à la veille du vote de la directive tabac (!). Pour défendre leur liberté à

    vapoter, si possiblepartout, les adeptes espèrent créer un mouvement de protestation dans toute l'Europe.

    Ils sont actuellement estimé à 7 millions et leur nombre ne cesse d'augmenter. Un marché conséquent qui échappe en partie à l'Etat et beaucoup trop aux pharmacies qui pleurant leur monopole perdu, déplorent la vente de médicaments sans prescription sur internet…

    En ces temps d'exploration pour rechercher des (nouvelles ?) recettes fiscales, le gouvernement français ne manquera pas de travailler à quelque projet d'avenir pour l'e-cigarette… D'autant que grâce au vapoteur, nombreux sont ceux qui ont déjà cesser de fumer du … tabac et par conséquent de payer les 81 % de taxes imposées sur sa consommation. Pour l'instant la cigarette électronique et ses produits associés ne sont redevables que de la 2e tranche de la TVA, soit à 19,6 %… jusqu'à la fin de l'année.

    *vapoteur ou e-cigarette : appareil électronique rechargeable de la grosseur d’un cigare. Un liquide, qui ne contient pas toujours un certain pourcentage de nicotine est placé dans le réservoir à combustion. Sous forme de vapeur d'eau, l'aspiration délivre dans la bouche une sensation comparable à celle de fumer. Sauf que le résultat est inodore dans l'environnement et qu'il a clairement été établi, à l'issue de laborieux débats, que la cigarette électronique était des milliers de fois moins nocive.

    **Collectif des acteurs de la cigarette électronique pour permettre une meilleure défense de l'intérêt des clients et des professionnels.



  • Albert Jacquard : disparition d'un humaniste

    Albert Jacquard est mort le 11 septembre 2013. Né le 23 décembre 1925, il avait 87 ans. En annonçant le décès hier à l'AFP, son fils a précisé que le célèbre scientifique avait succombé à une forme de leucémie.

    Polytechnicien, biologiste et mathématicien, il avait choisi la génétique et en tant que professeur et écrivain, il s'appliquait à la rendre compréhensible aux plus grand nombre de mortels possibles… Mais le chercheur tenait plus que tout à rester un citoyen engagé.

    Tout au long de sa vie, Albert Jacquard n'a cessé d'agir pour changer le monde. Pour dénoncer l'absurdité et combattre l'injustice, il ne mâchait pas ses mots ni ne ménageait sa peine. Membre du Comité de consultation national d'éthique, il défendait, comme Pierre Rabhi, la décroissance joyeuse.

    Président d'honneur de l'association Droit au logement (DAL) : il était de toutes les manifestations et n'a jamais reculé devant les CRS. En 1994, aux côtés de l'abbé Pierre, il n'avait pas hésité à participer au squat d'un immeuble inoccupé de 10 000 M2, rue du Dragon.

    Comme ceux qui partageait ses valeurs, le Hérisson, avait pour Albert Jacquard une immense admiration. Aujourd'hui nous avons tous beaucoup de chagrin…


  • Syrie : France et Etats-Unis envisagent une intervention militaire

    Le conflit syrien engagé entre Bachar al Assad et son peuple depuis le 15 mars 2011 a fait maintenant plus de 100 000 victimes.

    Suite à l'utilisation de gaz toxique envers les civils, la communauté internationale est toujours divisée sur l'opportunité d'une intervention armée.

    Les experts de l'ONU ont quitté Damas et sont actuellement au Liban. La délégation, menée par le Dr Ake Sellstrom, avait pour mission d' enquêter sur les allégations d'attaques à l’arme chimique contre le peuple syrien, commises par le régime de Bachar al-Assad selon l'opposition.

    Treize inspecteurs ont collecté des échantillons et réuni des témoignages dans les banlieues de la capitale syrienne où a eu lieu la terrible attaque du 21 août*. Leur rapport devrait être connu dans les 15 jours.

    Les États-Unis et la France ont déclaré se préparer à une opération militaire ciblée et rapide, en riposte à ce qui constitue une violation du droit international.

    Les services de renseignements américains ont estimé pour leur part que le gouvernement syrien était seul en mesure d'avoir accès aux stocks de gaz neurotoxique du pays pour fabriquer et utiliser ces armes.

    Barack Obama a invoqué le devoir d'agir des États-Unis, en tant que leader du monde, a-t-il insisté… Cependant, confronté à une opinion publique opposée à toute intervention militaire depuis l'échec de la guerre en Irak, le président américain a finalement décidé samedi d'attendre la consultation du Congrès le 9 septembre…en espérant le convaincre !

    De son côté, le président français fut parmi les premiers à vouloir sanctionner au plus vite la Syrie après les attaques à l'arme chimique du 21 août. A l'origine, le gouvernement envisageait un simple débat le 4 septembre mais François Hollancde affronte, lui aussi, une pression politique pour la tenue d'un vote à l'Assemblée Nationale. De plus, il se retrouve actuellement en position de dépendance face à la décision des Etats-Unis, son principal allié depuis la défection de la Grande Bretagne. Pour motiver leur refus, les Britaniques invoquent également les conséquences humaines et économiques néfastes pour le pays que sa participation à la guerre en Irak a engendré.


    *1 429 morts dont 426 enfants